Edition 2018, La puissance des images
L'économie Table Ronde
Publié le 28/08/2018
Jeudi 11 oct. 2018 de 14:30 à 16:00 Campus de la CCI, Amphi rouge

Économique, politique, sociale : comment se déploie la puissance des images ?

Les SES enseignées au lycée recouvrent des champs disciplinaires complémentaires : l’économie, la sociologie et la science politique. Comment ces disciplines analysent-elles le rôle croissant des images dans nos sociétés ? Existe-t-il des points de convergence ?

La carte blanche du ministère de l’éducation a la double vocation de décliner le thème général du festival  des Rendez-vous de l’histoire et de s’adresser prioritairement à un public de lycéens et à leurs professeurs de sciences économiques et sociales. Il s’agit d’illustrer combien les sciences économiques et sociales sont à même d’aborder et d’éclairer, au moyen des outils dont ces disciplines se sont dotées, un grand nombre des grands enjeux du monde contemporain. L’idée est donc cette année de décliner le thème du festival en l’abordant sous les trois angles offerts par les trois disciplines constitutives des sciences économiques et sociales, telles qu’elles sont enseignées au lycée : 

- En économie il faut evoquer dans un premier temps les questions relatives à l’actualité en matière de reconfiguration du modèle économique de l’audiovisuel. La question de la puissance de l’image peut être en effet abordée sous l’angle de l’économie industrielle et des réseaux (les reconfigurations en cours dans l’industrie du cinéma et de l’audiovisuel, l’émergence de Netflix, le bouleversement du modèle économique de Canal plus,…), et de la politique publique (quelle régulation du secteur ? quelle politique de la concurrence ?)

- Pour la science politique aborder la question du pouvoir de l’image et de la communication dans les stratégies politiques et/ou dans le comportement électoral est essentiel.

- Enfin en sociologie, aujourd'hui encore, une vision fortement négative des changements culturels intervenus depuis plus d'un siècle perdure. Les médias de masse, a priori vulgaires, imprégnés de logique industrielle, ne sont pas vraiment considérés comme une culture. Idem en sociologie où la plupart des courants, au lieu de déconstruire ce jugement dépréciateur, l'ont renforcé. L’idée serait d’interroger ce clivage et d’analyser d’un point de vue sociologique la puissance de l’image comme vecteur de socialisation et comme « médiaculture »

 

Christophe LAVIALLE

partenaires

Campus de la CCI, 6, Rue Anne de Bretagne, 41000 Blois